Les Insignes des Pharaons | Bijoux-egyptiens.fr

Livraison GRATUITE sans minimum d'achat.

Les Insignes des Pharaons : ce que vous devez savoir

Publié par Benjamin V. le

Les Insignes des Pharaons : ce que vous devez savoir

Les Insignes des Pharaons de l’Égypte antique étaient des emblèmes puissants de l’expression du pouvoir et des devoirs des Pharaons. Apprenez à reconnaître les principaux Insignes des Pharaons et leur signification !

Des premières versions des Insignes des Pharaons, parfois grossières dans leur forme représentative, souvent plus fonctionnelles que cérémonielles, les Insignes des Pharaons ont été affinées progressivement pour devenir de véritables pièces d’art, forgées et sculptées à partir de pierres précieuses et de matériaux nobles, imprégnées dès lors d'une grande importance culturelle et cultuelle dans le Monde terrestre et dans l'au-delà. 

 

pharaon en chasse

 

Les sceptres : Insignes des Pharaons les plus classiques

Le sceptre est l'un des plus anciens Insignes des Pharaons. Les mots « noble » et « officiel » comprenaient tous deux le hiéroglyphe du sceptre : on peut en déduire que le sceptre a représenté à un stade précoce l'autorité du pouvoir, et pas seulement du Pharaon. L'un des plus anciens sceptres découverts en Égypte a été mis au jour dans une tombe prédynastique à El Omari en Basse-Égypte (un site néolithique aujourd'hui absorbé par la banlieue du Caire). Nous ne savons pas si le propriétaire de ce sceptre était un chef local ou un prêtre, mais il est généralement admis que le sceptre était un symbole de son autorité. Le sceptre est rapidement devenu l’un des principaux Insignes des Pharaons.

 

La Crosse-Héqa et le flagellum Nekhekh : les deux Insignes des Pharaons les plus représentés

La Crosse-Héqa était étroitement associée au roi et était même utilisé pour écrire les mots « souverain » et « loi » en hiéroglyphes. Il s'agissait d'un long bâton avec un manche crochu qui, plus tard, fut souvent composé de bandes alternées de bleu et d'or. Ce sceptre est devenu l'un des plus célèbres Insignes des Pharaons. On pense que la Crosse-Héqa était à l'origine associée au dieu Andjety, qui était lui-même considéré comme un souverain. Lorsqu'Osiris absorba Andjety, il adopta également la Crosse-Héqa comme l'un de ses emblèmes.

L'un des premiers exemples a été trouvé dans une tombe à Abydos (U-547) datant de la période Naqada II de l'Égypte prédynastique. Cette Crosse-Héqa était composée de calcaire mais était en fragments. Un autre exemple précoce (cette fois-ci complet) réalisé en ivoire a été trouvé dans la plus grande tombe prédynastique du cimetière d'Abydos. La plus ancienne représentation d'un Pharaon portant la Crosse-Héqa est une statuette de Nynetjer, mais la plus célèbre est sans doute celle de Toutankhamon, découverte dans son sarcophage.

La Crosse-Héqa était le plus souvent associée au flagellum Nekhekh, indiquant que le Pharaon était chargé du devoir de guider le peuple égyptien (représenté par la Crosse-Héqa) et de son pouvoir de le commander (représenté par le flagellum Nekhekh). La Héqa était tenue par les vice-rois de Nubie ou par les vizirs (par exemple dans les représentations du tombeau de Toutankhamon).

 

crosse heqa

 

Insigne des Pharaons associé à la Crosse-Héqa, le flagellum Nekhekh était une courte tige à laquelle étaient attachés trois brins de perles. Sa forme était clairement cérémonielle mais provenait probablement de celle d’un fouet de berger. Le flagellum Nekhekh était un autre Insigne des Pharaons représentant le pouvoir pharaonique. Au début de l'histoire égyptienne, il apparaît seul (comme dans les représentations du Pharaon Den lors de sa fête Sed sur une étiquette de la Première Dynastie) mais, plus tard, il fut le plus souvent associé à la Crosse-Héqa. Comme cette dernière, le flagellum Nekhekh était associé aux dieux royaux tels qu'Andjety et Osiris. Il était également associé aux divinités ithyphalliques, en particulier Min, et souvent représenté planant au-dessus de la main levée au-dessus de leur tête. Il était aussi associé à certains animaux sacrés (tels que les taureaux et les faucons sacrés), souvent représentés portant le portant sur leur dos. Le flagellum Nekhekh était parfois porté par des prêtres ou de hauts fonctionnaires, mais cette pratique semble avoir été limitée aux fêtes du jubilé royal.

 

L’étui-mekes

L’étui-mekes était une variante de la conception standard du long sceptre, caractérisée par un nodule situé à peu près à mi-chemin de celui-ci. On pense qu'il s'agissait à l'origine d'une arme défensive, utilisée en conjonction avec une masse, mais elle a rapidement acquis une connotation plus cérémoniale et sacerdotale. Les vaisseaux en pierre représentent Anedjib portant l’étui-mekes, et Djoser est représenté avec un sceptre similaire sur un panneau situé sous la pyramide à degrés de Djoser. Le mekes était également utilisé dans le rituel de la Grande Offrande.

 

La queue de taureau

Le Pharaon était souvent représenté avec la queue d'un taureau suspendue à l'arrière de son costume. Cela soulignait très certainement la force et la puissance procréatrice du souverain. Cet Insigne du Pharaon fut adopté à un stade très précoce de l'histoire égyptienne - il apparaît à la fois sur la palette de Narmer et sur la tête de la Massue du Roi Scorpion (à la période prédynastique). Dans les périodes ultérieures, la queue du taureau est tombée en désuétude, mais des épithètes telles que « Taureau puissant » ont été conservées par de nombreux Pharaons.

Le Pharaon fut également souvent représenté sous la forme pleine d’un taureau, pour souligner sa force supérieure.

 

pharaon taureau palette narmer

 

L’Uraeus

L’Uraeus était l'image d'un cobra domestiqué qui était portée sur le front du Pharaon en plus d'un certain nombre de couronnes et de coiffes. Il s'agissait d'un Insigne des Pharaons porté uniquement par ceux-ci ainsi que les reines et les dieux royaux : en cela il identifie clairement la royauté dans les œuvres d'art et les inscriptions.

Selon les Textes des Pyramides, Geb a accordé l’Uraeus au pharaon en tant qu'il était le souverain légitime de l'Égypte. Cependant, une autre légende (ptolémaïque) raconte que lorsque Geb a tendu la main pour prendre la couronne de Râ afin de pouvoir assumer le trône après la montée au ciel de son père Shou, l’Uraeus – le Cobra - l'a attaqué et quasiment tué, car il savait le crime odieux commis par celui-ci en en violant sa mère, Tefnout. Cela indique que l’Uraeus était également considéré comme un Insigne du Pharaon protecteur de la loi et punisseur.

 

uraeus

 

L’Uraeus était étroitement associée à la déesse cobra Wadjet, patronne de la Basse-Égypte et protectrice à la fois du Pharaon et des reines d'Égypte. Wadjet était également l'une des déesses associées à l'Œil de Râ qui pouvait être considérée comme la personnification du châtiment divin et le protecteur de Râ dans le monde souterrain. L’Uraeus, au-delà de sa fonction d’Insigne du Pharaon, était également un motif populaire dans l'architecture, la statuaire et la joaillerie et était un hiéroglyphe couramment utilisé (apparaissant dans le nom de Wadjet et le mot « serpent » ainsi que dans les noms d'autres déesses et les termes pour les prêtresses et les sanctuaires).

 

La barbe postiche

Bien que la barbe ait été populaire auprès des hommes de l'Égypte antique pendant la période prédynastique, il était par la suite devenu à la mode, du moins parmi les classes nobles, de se raser de près le visage. Cette mode s'est étendue au reste de la population au fil du temps. Malgré cela, certains types de barbes étaient fortement associés aux divinités – en particulier, une barbe étroitement tressée était considérée comme un attribut divin. C'est pourquoi le pharaon portait une barbe postiche de cérémonie dans certaines situations pour souligner ses qualités divines. Cet Insigne du Pharaon était souvent réalisé avec des poils de chèvre et était un peu plus large en bas qu'en haut.

 

barbe postiche

Articles similaires

Histoire de la Numération Égyptienne
Histoire de la Numération Égyptienne
La Numération Égyptienne - et par extension les mathématiques - étaient utilisées pour mesurer le temps, les lignes d...
Lire cet article
Qui est Bastet, la Déesse Égyptienne des Chats ?
Qui est Bastet, la Déesse Égyptienne des Chats ?
La Déesse Égyptienne des Chats, Bast, est plus connue sous le nom de « Bastet ». Elle fut l'une des déesses les plus ...
Lire cet article
5 faits que vous ne savez peut-être pas sur la Civilisation Égyptienne
5 faits que vous ne savez peut-être pas sur la Civilisation Égyptienne
Du premier traité de paix enregistré aux anciens jeux de société, découvrez 5 faits surprenants sur la Civilisation É...
Lire cet article

Partager cet article


← Message plus ancien Message plus récent →


Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant leur publication.