Anubis, le dieu de la mort | Bijoux Égyptiens

Livraison GRATUITE sans minimum d'achat.

Anubis, Dieu des morts égyptiens

Publié par Sly Sin le

Anubis, Dieu des morts égyptiens

L'Égypte ancienne a connu de nombreuses divinités, les uns pour leur bonté, les autres pour leur protection et également d'autres pour la crainte qu'ils inspiraient.
Parmi ces divinités nous retrouvons le dieu à la tête de chacal, celui qu'ils appellent le nécropole, le dieu de la mort, un précurseur notable dans la technique de l'embaumement et de la momification : le dieu Anubis.
Malgré ses origines généalogiques controversées, il est demeuré l'une des divinités les plus vénérées dans toute l'Égypte, mais également dans des contrées en dehors du pays. Nous allons à la découverte de cette divinité, ses origines sa mission et ses œuvres dans la mythologie égyptienne.

Anubis : symbolisme et histoire

dieu anubis

Anubis dans sa forme hybride est symbolisé par un corps humain dominé par une tête de canidé noir tenant une croix et un spectre, cela représenterait soit un chacal soit un chien sauvage. D’autres représentations du dieu de la mort font mention d’un chien noir les oreilles dressées et allongé sur le ventre. Ce symbolisme pourrait s’expliquer par le fait que ces animaux précédemment cités se promenaient dans les nécropoles à la recherche de charogne dont ils pourraient se nourrir. La couleur qui lui est attribuée serait en analogie à la couleur noire que prennent les défunts une fois qu’ils ont été embaumés ou momifiés. On ajoute que cela symbolise la transformation des morts une fois mis en terre.

Le dieu de la mort était connu sous les appellations telles que : Inpou et Anoupou dont les véritables origines ne sont pas élucidées. Certains prêtres égyptiens soutiennent qu’ils pourraient être un renvoi aux cris que produisent les chacals au sein de leur meute. Anubis était majoritairement vénéré en Cynopolis une ville dont la signification grecque serait : « ville du chien ». D’autres villes font également état de sa puissance et en sont également des adorateurs. Il s’agit des villes de Thèbes et de Memphis.

Anubis a également porté le nom de Khenty-Imentiu ce qui signifie maître des habitants de l’ouest conformément à un dogme égyptien qui qualifiait l’ouest comme le royaume des morts ou le pays où la lumière du soleil disparaissait pour laisser place aux ténèbres symbolisant le néant. Connu en tant que tel, il était vénéré dans de nombreux lieux lui étant dédiés. Ce rôle lui valut d’être confondu au dieu grec Hermès.

Sa parèdre connue sous le nom d’Anupet ou encore Anput quant à elle, est symbolisée par une femme ayant sa tête ornée par l’emblème d’un canidé étendu sur un duvet d’autruche. Anupet était également une déesse intervenante toute aussi lors des rites funéraires au XVIIe siècle en Haute Égypte et serait la génitrice de Qébéhout.

Anubis : origines et mission

Concernant les origines du dieu Anubis, diverses sont les versions portées par les prêtres égyptiens même s’ils demeurent unanimes sur sa fonction au sein de l’Égypte antique.

La première version relative à l’origine d’Anubis raconte qu’il serait le fils né de l’union de avec la déesse Nephtys. Une autre version mythologique attribut l’origine généalogique d’Anubis à la vache céleste Hésat connue comme nourrice du soleil, mais également comme la déesse de l’abondance. Une version que certains qualifient d’atypique et surnaturelle même si de nombreux dogmes égyptiens sortent de l’entendement et de la compréhension humaine, base de toute œuvre de croyance religieuse.

D’autres soutiennent que le dieu de la mort serait le fils né de l’inceste entre Nephtys et Osiris son père dont il participera à la restauration du corps lorsque ce dernier meurt assassiné par son frère le dieu Seth qui laissa son corps en morceaux. C’est ainsi qu’il pratiquera pour la première fois la momification en compagnie de la déesse Isis. Après cette prouesse, Anubis est mandé pour la protection du pays des morts pour ainsi dire l’au-delà. Il se charge désormais d’accueillir les morts auprès de lui, de les débarrasser de leurs impuretés et de rendre leurs corps inaltérables et perpétuels grâce aux procédés de la momification et de l’embaumement. Il n’était pas rare de retrouver des corps conservés grâce aux plantes parfumées, car certains parents de défunt estimaient qu’Anubis pouvait renifler le cadavre et ainsi déterminer de la pureté de l’individu.

Le culte du dieu de la mort a connu par la suite certaines modifications sans doute en raison de sa réputation auprès des nécromanciens. Des charmes démotiques donnaient des indications sur le moyen d’invoquer Anubis pour l’accomplissement de certaines missions, l’une de ces méthodes consistait à trainer sa représentation dans le sang d’un canidé noir (un chien ou un chacal). A son apparition il pouvait être employé comme messager afin de contraindre les dieux et entités infernales à apporter des réponses aux interrogations des magiciens. Il va donc sans dire que le dieu Anubis était plus impliqué dans les questions de l’au-delà que dans ses autres fonctions.

Anubis objets

Anubis, une divinité aux multiples fonctions

En dehors de sa mission principale connue de tous, Anubis assurait également d’autres responsabilités que nous découvrons ici :

Cerbère de la balance

En dehors de la momification, Anubis décharge le cœur des défunts des vilénies et ignominies dont ils ont fait preuve ou ont été auteurs durant leur séjour terrestre. Selon le Livre des Morts, Anubis procède en dernier ressort à la pesée du cœur encore appelée psychostasie, une cérémonie au cours de laquelle il jauge les âmes des défunts afin de déterminer leurs aptitudes à être élevé au grade d’ancêtres méritoires. Lors de cette cérémonie qui a lieu au sein de la chambre des Deux Vérités, le cœur du mort est posé sur un côté de balance et une plume de l’autre côté. La plume symbolise la pureté et la vérité.

Si le cœur du défunt pesait plus que la plume ce dernier était confié à la dévoreuse des morts connue sous le nom d’Ammit, une démone très crainte dans la mythologie égyptienne puisqu’elle signifiait la damnation éternelle pour les morts n’ayant pas pu passer la pesée du cœur avec succès. Dans le cas où la plume pesait plus que le cœur de son père, Osiris guidait le défunt au lieu des ancêtres méritoires.

Patron des embaumeurs et gardien des tombes

Par sa renommée en qualité de dieu de la mort et précurseur de l’embaumement et de la momification, Anubis est considéré comme le chef des embaumeurs, mais également celui qui les protège. En se référant aux récits égyptiens on retrouve des passages stipulant qu’il est celui était en charge de la remise en place des organes extraits des morts après qu’ils aient séjourné dans les vases canopes. Cette remise en place a pour objectif d’aider le mort à conserver l’unité de son organisme dans la vie de l’au-delà.

Anubis était également le gardien des tombes des défunts, on en veut pour preuve la gravure de prières destinées au dieu de la mort qu’on retrouvait sur certaines pierres tombales où on pouvait également retrouver son symbole. On raconte également qu’il était parfois assisté par sa fille Kebechet lors du déroulement de ces cérémonies.

dieux anubis egyptien

 

L’alimentation des défunts

L’existence d’une vie après la mort est une croyance qui existait également dans la croyance égyptienne, à cet effet la cérémonie d’ouverture de la bouche était réalisée avant celui de la pesée de cœur. Cela consistait à faire ingérer le cœur au défunt. Ici une nuance est à faire, car ici on retrouve deux types de cœurs :

  • Le cœur-haty est celui qui gère la circulation sanguine, connu comme le cœur physique
  • Le cœur-ib quant à lui équivaut à l’ensemble des autres différents organes restant dans le corps du défunt. Autrement dit le cœur-ib est celui qui meurt suite à l’arrêt du fonctionnement du cœur physique.

Cette cérémonie est inhérente aux évènements survenus lors du trépas de son frère Bat. Pour la petite histoire, son frère serait revenu à la vie après qu’il ait placé une graine symbolisant le cœur-haty de son frère dans de l’eau de la nuit au levé du jour et qu’il lui aurait fait boire le contenu du récipient.

Sentinelle des troupeaux de bovins

Non seulement la pratique de l’élevage représentait une source majeure dans la richesse des premiers Égyptiens, mais également le sacrifice de certains de ces animaux lors de la réalisation des solennités funéraires. Anubis était donc par la même occasion désignée comme leur protecteur. Cela expliquerait également la présence des chiens pour surveiller les troupeaux avec les éleveurs puisque le dieu a l’aspect d’un chien sauvage ou d’un chacal.

On retient qu’Anubis fait parties de ces dieux qui inspiraient la crainte, mais qui également était très vénéré non seulement pour les diverses fonctions qu’ils occupent, mais également sa dextérité dans la pratique de la momification qui jusque-là n’était vraiment une œuvre connue de par les Égyptiens, mais également par ceux qui finirent par en prendre la relève dans de nombreuses contrées du pays, mais également en dehors. La nécropole, le gardien de l’ouest comme nombreux le surnomme apparait donc une divinité notable dans l’Égypte antique.

bague anubis

 

Articles similaires

Les Colliers égyptiens
Les Colliers égyptiens
Les Égyptiens ont été décrits comme adorant le luxe. Ils sont également connus pour fabriquer des bijoux simples, élé...
Lire cet article

Partager cet article


← Message plus ancien


Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant leur publication.